Deux lettres de Georges Bataille sur le lancement de la revue Documents

Deux lettres de Georges Bataille sur le lancement de la revue Documents

Deux lettres de Georges Bataille sur le lancement de la revue Documents
Deux lettres de Georges Bataille sur le lancement de la revue Documents. Janvier – avril 1929. « Mon cher ami » [Georges-Henri Rivière (1897/1985)]. Lettres de Georges Bataille écrite au moment du lancement du premier numéro de la revue Documents, qu’il crée avec Georges-Henri Rivière, et qui n’eut qu’une existence éphémère (15 numéros), d’avril 1929 à janvier 1931. Cette revue, qui portait en sous-titre « Doctrines / Archéologie / Beaux-Arts / Ethnographie », se voulait aller à l’encontre de l’esthétisme de l’époque, en particulier du surréalisme, avec qui Bataille venait de rompre. 27 janvier : « Je m’excuse de vous importuner avec Documents. Mais comme je ne puis arriver cet après-midi aux Beaux-Arts avant 5h30, je me permets de vous soumettre à l’avance un projet de règlement de notre organisation. Non que je pense avoir trouvé une solution, mais parce qu’on pourrait arriver à quelque chose en modifiant ce règlement jusqu’à ce qu’il vous paraisse convenable [.] ». Il évoque alors les questions budgétaires et financières, en particulier son traitement, qu’il souhaite voir revalorisé par rapport budget initialement prévu. 8 avril : « J’ai beaucoup réfléchi au sujet des observations que vous m’avez présenté dans votre lettre et je ne cherche pas à nier les grandes difficultés que nous pouvons rencontrer pour mener à bien « Documents » [le premier numéro de la revue date précisément d’avril 1929]. Ne croyez-vous pas que nous aurions intérêt à examiner ensemble (de vous à moi, s’entend), de temps à autre (régulièrement, d’ailleurs) ces difficultés. Peut-être pourriez-vous exercer ainsi un contrôle plus précis et plus aisé à la fois. Nous réduirions également les petits malentendus si désagréables, qui causent de si mauvaises impressions. En tous cas, je serais très heureux que vous me convoquiez le plus tôt possible pour une première entente [.] ». Il ajoute en P. Quelques détails révélateurs sur son organisation de travail et sa méticulosité. « Au sujet des dossiers, je crois que le mieux est que vous veniez un jour au bureau pour choisir le tiroir dans lequel ils seront continuellement à votre disposition. Ils seraient descendus chez vous lors de chaque addition, signalée par une fiche de couleur ». En-têtes de la Bibliothèque Nationale. Georges Bataille (Billom, 1897/1962). Frais fixes : mêmes coûts pour tous les acheteurs. Lettre recommandée – 15,00. Remise en mains propres – 0,00 (29, rue de Condé – 75006 Paris). Délai d’expédition : 1 jour ouvrable. Assurance : inclus dans les frais d’expédition. Frais d’assurance : 0,00. Exclure des lieux de livraison. Lieux exclus : Aucun lieu n’est exclu. Méthodes de paiement acceptées. Virement bancaire : (IBAN : FR76 3000 4008 8200 0100 2373 669 ; BIC : BNPAFRPPPRG). Contactez-nous pour toute question. L’item « Deux lettres de Georges Bataille sur le lancement de la revue Documents » est en vente depuis le vendredi 2 février 2018. Il est dans la catégorie « Collections\Lettres, vieux papiers\Autographes\Personnalités historiques ». Le vendeur est « lettresautographes » et est localisé à/en Paris. Cet article peut être livré partout dans le monde.
Deux lettres de Georges Bataille sur le lancement de la revue Documents

Deux certificats pour l’aumônier de Napoléon à Saint-Hélène, l’abbé Vignali

Deux certificats pour l'aumônier de Napoléon à Saint-Hélène, l'abbé Vignali

Deux certificats pour l'aumônier de Napoléon à Saint-Hélène, l'abbé Vignali
Deux certificats pour l’aumônier de Napoléon à Saint-Hélène, l’abbé Vignali. Pièces en partie imprimées, signées. 9 avril – 24 sept. L’abbé Ange Paul Vignali (1784/1835). Rousseurs sur un document. Deux certificats ecclésiastiques signés par l’évêque de d’Ajaccio, Louis Sébastiani de La Porta, en faveur du futur aumônier de Napoléon à Sainte-Hélène, Angelo Paulo Vignali, de Vignale. Ange-Paul Vignali (1784/assassiné en 1835) se rendit à Saint-Hélène en 1819 et remplaça l’abbé Buonavita comme aumônier de l’Empereur ; il administre l’extrême onction à Napoléon le 1er mai 1821 et conduit la cérémonie funèbre ; il sera assassiné en 1835 dans son hameau natal de Vignale, en Corse, victime d’une vendetta. Il avait constitué une précieuse collection de reliques napoléoniennes, dont le pénis de l’Empereur! En-têtes et vignettes au chiffre de l’évêque. Un sceau sous papier. Louis Sébastiani de La Porta (Polveroso, 1745/1831). Frais fixes : mêmes coûts pour tous les acheteurs. Lettre recommandée – 15,00. Remise en mains propres – 0,00 (29, rue de Condé – 75006 Paris). Délai d’expédition : 1 jour ouvrable. Assurance : inclus dans les frais d’expédition. Frais d’assurance : 0,00. Exclure des lieux de livraison. Lieux exclus : Aucun lieu n’est exclu. Méthodes de paiement acceptées. Virement bancaire : (IBAN : FR76 3000 4008 8200 0100 2373 669 ; BIC : BNPAFRPPPRG). Contactez-nous pour toute question. L’item « Deux certificats pour l’aumônier de Napoléon à Saint-Hélène, l’abbé Vignali » est en vente depuis le vendredi 2 février 2018. Il est dans la catégorie « Collections\Lettres, vieux papiers\Autographes\Personnalités historiques ». Le vendeur est « lettresautographes » et est localisé à/en Paris. Cet article peut être livré partout dans le monde.
Deux certificats pour l'aumônier de Napoléon à Saint-Hélène, l'abbé Vignali

Deux certificats de Garde de la Porte du Roi Louis XV

Deux certificats de Garde de la Porte du Roi Louis XV

Deux certificats de Garde de la Porte du Roi Louis XV
Deux certificats de Garde de la Porte du Roi Louis XV. Quelques pliures et pâles rousseurs. Le premier certificat, établi par « Jean-Baptiste Joachim Colbert chevalier Marquis de Croissy, Conseiller du Roy en ses Conseils, Capitaine des Gardes de la Porte de Sa Majesté & Mestre de Camp du Régiment Royal, Infanterie », atteste que Pierre Farge, écuyer, « est actuellement de service en ladite qualité de Garde de la Porte du Roy tant et bon qu’il nous plaira ». Le second certificat, en partie imprimé et établi par le même, atteste de la même fonction pour Pierre Farge, auquel il est « permis de se retirer chez lui ou ailleurs, où bon lui semblera avec ses Armes, Chevaux & Bagages, jusqu’à nouvel ordre ». Celui-ci est contresigné par le Secrétaire ordinaire, Guyard de Talma. Jean-Baptiste-Joachim Colbert (de Croissy) (Paris, 1703/1777). Fils du secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères de Louis XIV, Jean-Baptiste Colbert de Torcy, et petit-neveu de Jean-Baptiste Colbert, il est lieutenant-général, capitaine des Gardes de la Porte du Roi Louis XV, gouverneur d’Huningue et de Crécy-en-Brie, et chevalier du Saint-Esprit. Frais fixes : mêmes coûts pour tous les acheteurs. Lettre recommandée – 15,00. Remise en mains propres – 0,00 (29, rue de Condé – 75006 Paris). Délai d’expédition : 1 jour ouvrable. Assurance : inclus dans les frais d’expédition. Frais d’assurance : 0,00. Exclure des lieux de livraison. Lieux exclus : Aucun lieu n’est exclu. Méthodes de paiement acceptées. Virement bancaire : (IBAN : FR76 3000 4008 8200 0100 2373 669 ; BIC : BNPAFRPPPRG). Contactez-nous pour toute question. L’item « Deux certificats de Garde de la Porte du Roi Louis XV » est en vente depuis le vendredi 2 février 2018. Il est dans la catégorie « Collections\Lettres, vieux papiers\Autographes\Personnalités historiques ». Le vendeur est « lettresautographes » et est localisé à/en Paris. Cet article peut être livré partout dans le monde.
Deux certificats de Garde de la Porte du Roi Louis XV

Deux mégots de cigarette fumées par Napoléon III après la capitulation de Sedan

Deux mégots de cigarette fumées par Napoléon III après la capitulation de Sedan

Deux mégots de cigarette fumées par Napoléon III après la capitulation de Sedan
Deux mégots de cigarette fumées par Napoléon III après la capitulation de Sedan. Petite déchirure sans gravité en haut de la page. Reliques de Napoléon III qui, après la défaite de Sedan, en route pour l’Allemagne, passa la nuit du 4 au 5 septembre 1870 à Verviers, Hôtel du Chemin de fer. Le lendemain matin, 5 septembre, il prit le train pour Cassel. Sur un grand feuillet, 2 mégots de cigarette ont été cousus avec un double feuillet extrait d’un ouvrage sur le premier Empire. En haut de la feuille, une page d’explication écrite par l’hôtelier, collée, datée de Verviers le 10 décembre 1892. « Le 5 septembre 1870 à 11h 1/2 du matin, après le départ pour l’Allemagne de Napoléon III, arrivé de Sedan, la veille à 4 heures de relevée, et descendu à mon hôtel, chambre n°2, quelques personnes privilégiées de notre ville, entrèrent dans la chambre que l’ex-empereur des Français quittait d’un instant et se partagèrent les quelques souvenirs qu’elles purent recueillir. Placide Colsoul, entr’autres, ramassa sur le tapis deux bouts de cigarettes, quelques pages déchirées d’une brochure relative à l’histoire du premier Empire. J’affirme par le présent écrit l’authenticité de ces objets recueillis en ma présence. Au dos du feuillet, ont été collées deux gouaches originales de Camille Renard, sans rapport : Scènes d’enfants (Le nid d’hirondelle et Hallali). Louis Napoléon Bonaparte (Napoléon III) (Paris, 1808/1873). Prince président de la République puis empereur des Français. Frais fixes : mêmes coûts pour tous les acheteurs. Lettre recommandée – 15,00. Remise en mains propres – 0,00 (29, rue de Condé – 75006 Paris). Délai d’expédition : 1 jour ouvrable. Assurance : inclus dans les frais d’expédition. Frais d’assurance : 0,00. Exclure des lieux de livraison. Lieux exclus : Aucun lieu n’est exclu. Méthodes de paiement acceptées. Virement bancaire : (IBAN : FR76 3000 4008 8200 0100 2373 669 ; BIC : BNPAFRPPPRG). Contactez-nous pour toute question. L’item « Deux mégots de cigarette fumées par Napoléon III après la capitulation de Sedan » est en vente depuis le vendredi 2 février 2018. Il est dans la catégorie « Collections\Lettres, vieux papiers\Autographes\Personnalités historiques ». Le vendeur est « lettresautographes » et est localisé à/en Paris. Cet article peut être livré partout dans le monde.
Deux mégots de cigarette fumées par Napoléon III après la capitulation de Sedan