Zola rend visite à son libraire

Zola rend visite à son libraire

Zola rend visite à son libraire
Zola rend visite à son libraire. Carte de visite autographe signée d’Émile Zola. « Mon cher ami, je vais à Paris vendredi, et je passerai à la librairie entre onze heure et midi. Si vous êtes là, j’en serai heureux. Encre brune sur carte de visite imprimée « Emile Zola – Médan par Villennes (Seine et Oise) ». Émile Zola (Paris, 1840/1902). Romancier français, chef de file du naturalisme. Frais fixes : mêmes coûts pour tous les acheteurs. Lettre recommandée – 15,00. Remise en mains propres – 0,00 (29, rue de Condé – 75006 Paris). Délai d’expédition : 1 jour ouvrable. Assurance : inclus dans les frais d’expédition. Frais d’assurance : 0,00. Exclure des lieux de livraison. Lieux exclus : Aucun lieu n’est exclu. Méthodes de paiement acceptées. Virement bancaire : (IBAN : FR76 3000 4008 8200 0100 2373 669 ; BIC : BNPAFRPPPRG). Contactez-nous pour toute question. L’item « Zola rend visite à son libraire » est en vente depuis le samedi 3 août 2019. Il est dans la catégorie « Collections\Lettres, vieux papiers\Autographes\Personnalités historiques ». Le vendeur est « lettresautographes » et est localisé à/en Paris. Cet article peut être livré partout dans le monde.
Zola rend visite à son libraire

Zola Germinal 1885 Édition Originale Exemplaire Du 1er Tirage + Envoi Signé

Zola Germinal 1885 Édition Originale Exemplaire Du 1er Tirage + Envoi Signé

Zola Germinal 1885 Édition Originale Exemplaire Du 1er Tirage + Envoi Signé
À propos de la librairie. Charpentier et Cie, Éditeur, 1885. (125 x 185 mm) de [2] et 591 pp. Demi-papier à décor floral rouge, dos lisse, pièce de titre, double filet doré en pied, couverture conservée (Reliure de l’époque). Exemplaire du premier tirage, sans mention de mille. Envoi signé au directeur du Figaro , Pierre Fernand de Rodays. « Hâtez-vous d’être justes, autrement, voilà le péril : la terre s’ouvrira et les nations s’engloutiront dans un des plus effroyables bouleversements de l’histoire ». Ces mots, tirés de la Correspondance de l’auteur, pourraient servir de préambule à Germinal. Cette uvre est bien le plus puissant réquisitoire contre l’injustice sociale de la fin du Second Empire, dont l’histoire du mouvement ouvrier, les grèves et leur corollaires sanglants, les répressions, sont le plus triste exemple. Zola, toujours attentif à l’actualité politique et sociale de son époque, chroniqueur à la Cloche et au Sémaphore de Marseille lors de la Commune, tirera de ses expériences son personnage principal, l’ouvrier rebelle, le révolutionnaire, pour décrire ce qu’il appellera ni plus ni moins  » L’Enfer sur terre « . Au moment où il s’apprête à réunir les documents de son futur roman, 12 000 mineurs de la région d’Anzin entament une grève qui fera date dans l’histoire. Or, un ami de Zola, le député Alfred Giard, lui propose de l’emmener sur place. Se faisant passer pour son secrétaire, l’écrivain va parcourir pendant plusieurs jours ces corons du nord si admirablement décrits dans le livre, descendre dans les mines, assister aux réunions syndicales, parler aux familles des mineurs chez lesquelles il est reçu, fréquenter les mêmes cafés. Toutes les notes qu’il prend alors sur le vif, constituent ce qu’il nommera lui-même, « Mes notes sur Anzin ». Muni de ce document capital, Zola rentre chez lui et commence la rédaction de son livre le 2 avril 1884. A Anzin, la grève dure encore. Alors qu’il travaille, Zola confie à son ami Henri Céard : «… Un travail de chien comme je n’en ai encore eu pour un roman ; et cela sans grand espoir d’être récompensé. C’est un de ses livres que l’on fait pour soi, par conscience ». L’avenir lui donnera tort sur un point ; cinq ans après la publication de Germinal , 85 000 exemplaires étaient sortis des presses, et, à la mort du romancier en 1905, l’éditeur annonçait le 110ème mille. Précieux exemplaire de Pierre Fernand de Rodays, journaliste français né à Mur de Sologne, près de Romorantin, qui débuta dans le journalisme littéraire par quelques articles fournis à la Vie parisienne. Il alla ensuite en province comme rédacteur en chef du courrier de Saône et Loire, puis à Brest, où il fonda le Peuple Breton. Revenu à Paris en 1871, il entre au Figaro , où il fut chargé de la revue des livres et de la chronique des tribunaux. Il donnera ainsi de bonnes critiques des premiers titres du jeune Émile Zola, dès 1876. Investi de la confiance de M. De Villemessant, directeur et fondateur du journal, il sera chargé après la mort de ce dernier de régler les affaires de la succession et devint, avec Francis Magnard et Périvier, l’un des trois administrateurs du journal, dont il obtiendra le titre convoité de rédacteur en chef en 1894. Bon exemplaire en reliure du temps, relié pour le dédicataire. Photos et descriptions complémentaires sur demande. Informations supplémentaires sur demande. Virements et chèques bancaires (France) sont également acceptés, ainsi que les CB à distance. Les prix sont forfaitaires et ajustés, l’emballage (soigné) est offert. Retrait possible à la librairie (Orléans), et sur rendez-vous à Paris. Conformes aux usages de la Ligue Internationale de la Librairie Ancienne. Les objets commandés bénéficient de la garantie de retour sous 14 jours. Les frais de retours sont à la charge de l’acheteur. _gsrx_vers_625 GS 6.9.7 (625). L’item « ZOLA GERMINAL 1885 ÉDITION ORIGINALE EXEMPLAIRE DU 1ER TIRAGE + ENVOI SIGNÉ » est en vente depuis le mercredi 30 mai 2018. Il est dans la catégorie « Livres, BD, revues\Livres anciens, de collection ». Le vendeur est « librairie-walden » et est localisé à/en Orléans. Cet article peut être livré partout dans le monde.
Zola Germinal 1885 Édition Originale Exemplaire Du 1er Tirage + Envoi Signé

Zola critique d’art je moffre volontiers pour parler peinture

Zola critique d'art je moffre volontiers pour parler peinture

Zola critique d'art je moffre volontiers pour parler peinture
Zola critique d’art : « je m’offre volontiers pour parler peinture ». Pliures, petites taches marginales. Lettre d’Émile Zola, critique d’art, adressée à Paul Meurice, directeur du journal. « [.] Japprends que Préault ne fait pas le Salon dans le. Si Burty, que je crois en Angleterre, ne peut vous donner des articles sur lexposition de cette année, je moffre volontiers pour parler peinture. Les Variétés que je dois vous donner seraient consacrées à l’art pendant les mois de mai et de juin, voilà tout. Je crois pouvoir vous promettre un. D’ailleurs, je ne vous écris ces quelques mots que pour vous soumettre mon idée. Il mest indifférent décrire sur ceci ou sur cela. Je ne pense quau journal [.] ». Paul Meurice avait fondé le quotidien. Encre noire sur double feuillet de papier vergé. Emile Zola (Paris, 1840/1902). Romancier français, chef de file du naturalisme. Frais fixes : mêmes coûts pour tous les acheteurs. Lettre recommandée – 15,00. Remise en mains propres – 0,00 (29, rue de Condé – 75006 Paris). Délai d’expédition : 1 jour ouvrable. Assurance : inclus dans les frais d’expédition. Frais d’assurance : 0,00. Exclure des lieux de livraison. Lieux exclus : Aucun lieu n’est exclu. Méthodes de paiement acceptées. Virement bancaire : (IBAN : FR76 3000 4008 8200 0100 2373 669 ; BIC : BNPAFRPPPRG). Contactez-nous pour toute question. L’item « Zola critique d’art je moffre volontiers pour parler peinture » est en vente depuis le vendredi 12 octobre 2018. Il est dans la catégorie « Collections\Lettres, vieux papiers\Autographes\Personnalités historiques ». Le vendeur est « lettresautographes » et est localisé à/en Paris. Cet article peut être livré partout dans le monde.
Zola critique d'art je moffre volontiers pour parler peinture

Zola réclame les numéros de la Revue méridionale qui le concernent

Zola réclame les numéros de la Revue méridionale qui le concernent

Zola réclame les numéros de la Revue méridionale qui le concernent
Zola réclame les numéros de la Revue méridionale qui le concernent. Importante mouillure en pied, sans atteinte au texte. « [.] Vous m’envoyez une lettre d’un M. Vincent qui a dû vous adresser en même temps des numéros de la. Où il m’avertit qu’il a parlé de moi. Faites-moi donc parvenir ces numéros, pour que je lise les articles, et que je le remercie. Encre noire sur double feuillet de papier vergé. Emile Zola (Paris, 1840/1902). Romancier français, chef de file du naturalisme. Frais fixes : mêmes coûts pour tous les acheteurs. Lettre recommandée – 15,00. Remise en mains propres – 0,00 (29, rue de Condé – 75006 Paris). Délai d’expédition : 1 jour ouvrable. Assurance : inclus dans les frais d’expédition. Frais d’assurance : 0,00. Exclure des lieux de livraison. Lieux exclus : Aucun lieu n’est exclu. Méthodes de paiement acceptées. Virement bancaire : (IBAN : FR76 3000 4008 8200 0100 2373 669 ; BIC : BNPAFRPPPRG). Contactez-nous pour toute question. L’item « Zola réclame les numéros de la Revue méridionale qui le concernent » est en vente depuis le vendredi 21 décembre 2018. Il est dans la catégorie « Collections\Lettres, vieux papiers\Autographes\Personnalités historiques ». Le vendeur est « lettresautographes » et est localisé à/en Paris. Cet article peut être livré partout dans le monde.
Zola réclame les numéros de la Revue méridionale qui le concernent

Zola Au Bonheur Des Dames 1893 Édition Originale + Billet Autographe De Zola

Zola Au Bonheur Des Dames 1893 Édition Originale + Billet Autographe De Zola

Zola Au Bonheur Des Dames 1893 Édition Originale + Billet Autographe De Zola
À propos de la librairie. Au bonheur des dames. (120 x 180 mm) de 2 ff. Reliure signée de Levitzky. Dos à la bradel et coins de chagrin bleu nuit, dos à nerfs très orné d’un décor doré et mosaïqué, tranche de tête dorée, couverture et dos conservés. PIÈCES JOINTES : billet autographe signé de Zola, 31 janvier 1878, à un confrère, 1 p. In-16 : il s’engage à fournir  » de la copie  » ; carte autographe signée de Zola à une amie : il évoque une entrevue passée. Au Bonheur des dames est l’un des titres les plus attachants de la série. À travers une histoire sentimentale à l’issue inhabituellement heureuse, le roman nous aspire au coeur des dédales, amoureux ou des étales, des grands magasins, l’une des innovations du Second Empire , fascinant Léviathan , monstre engloutissant vendeuses et clientes. Le modèle du personnage d’Octave Mouret est Auguste Hériot, cofondateur des Grands Magasins du Louvre. Mouret avait fait son apparition dans le volume précédent, Pot-Bouille, alors qu’Au Bonheur des Dames n’était qu’encore qu’un petit magasin de la rue de Choiseul. Fils aîné de François Mouret et de Marthe Rougon, Octave Mouret est né à Plassans, comme il est dit dans La Fortune des Rougon. On le retrouve dans L a Conquête des Plassans , où, envoyé à Marseille pour y apprendre le commerce, il mène là-bas joyeuse vie, criblé de dettes, cachant des maîtresses dans ses armoires, avant de faire un fort héritage, son frère Serge, rentré dans les ordres, y ayant renoncé (La Faute de l’Abbé Mouret). Octave, requinqué, débarque alors à Paris, décidé à y faire fortune. « Le commerce de luxe de la femme le passionne et il concevra vite l’idée de grands comptoirs modernes écrasant l’ancien commerce, se développant sous des coups d’audace. Mais avant tout, il est bien décidé à parvenir par les femmes. Ses premières tentatives sont médiocres ; plusieurs mois de patientes manuvres, dans l’immeuble Vabre où il habite, rue de Choiseul, n’ont fait de lui que l’amant de l’insignifiante Marie Pichon ; puis il a possédé Berthe Vabre, la femme de son patron, bourgeoise en qui sa gloriole de provincial voyait une jolie créature de luxe et de grâce et qui n’a. Été qu’une maîtresse vénale, trop chère à sa bourse de méridional avare. Enfin, la chance le favorise et, en 1865, il épouse madame Caroline Bédouin, la fille des fondateurs du Bonheur des Daines, une commerçante avisée qu’il a séduite par ses seules facultés marchandes et grâce à qui il va enfin conquérir Paris » : telle est la trame de Pot-Bouille. (Ramond, les personnages des Rougon-Macquart). Bientôt veuf, seul héritier de la belle fortune de sa femme, il continue les agrandissements commencés par madame Bédouin. Le Bonheur des Dames menace maintenant d’envahir tout le quartier – et qui l’envahira. Mouret s’est jeté dans la spéculation avec un tel faste, un besoin tel du colossal que tout semble devoir craquer sous lui. Seul l’amour, in fine , sinon le raisonner, du moins l’assagir, par l’arrivé de la petite employée Denise Baudu. Il l’épousera et l’on retrouvera le couple, heureux, jusque dans le dernier volume, Le Docteur Pascal. Traces d’une coupure de presse décollée au verso de la garde. Photos et descriptions complémentaires sur demande. Informations supplémentaires sur demande. Virements et chèques bancaires (France) sont également acceptés, ainsi que les CB à distance. Les prix sont forfaitaires et ajustés, l’emballage (soigné) est offert. Retrait possible à la librairie (Orléans), et sur rendez-vous à Paris. Conformes aux usages de la Ligue Internationale de la Librairie Ancienne. Les objets commandés bénéficient de la garantie de retour sous 14 jours. Les frais de retours sont à la charge de l’acheteur. _gsrx_vers_625 GS 6.9.7 (625). L’item « ZOLA AU BONHEUR DES DAMES 1893 ÉDITION ORIGINALE + BILLET AUTOGRAPHE DE ZOLA » est en vente depuis le mercredi 30 mai 2018. Il est dans la catégorie « Livres, BD, revues\Livres anciens, de collection ». Le vendeur est « librairie-walden » et est localisé à/en Orléans. Cet article peut être livré partout dans le monde.
Zola Au Bonheur Des Dames 1893 Édition Originale + Billet Autographe De Zola