Jules SIMON (1814-189) Éloge de Thiers 1884 Billet autographe signé

Jules SIMON (1814-189) Éloge de Thiers 1884 Billet autographe signé
Jules SIMON (1814-189) Éloge de Thiers 1884 Billet autographe signé

Jules SIMON (1814-189) Éloge de Thiers 1884 Billet autographe signé
Jules François SIMON-SUISSE dit. Est professeur agrégé de philosophie, à l’École Normale Supérieure et à la Sorbonne, avant d’exercer des fonctions politiques qui l’amènent à être chef du gouvernement en décembre 1876. Elu député en 1848, il est un opposant au coup d’État de 1851. Nommé en décembre 1876 Président du Conseil et ministre de l’Intérieur par le maréchal de Mac Mahon, il devient le 16 décembre sénateur inamovible. Jules Simon est également une figure importante de l’Institut de France où il entre, dès 1863, à l’Académie des Sciences morales et politiques. C’est devant cette académie, qu’il prononce le 8 novembre 1884 son. Un discours qu’il sait à l’avance difficile du fait que le gouvernement d’Adolphe THIERS ordonna la répression de la Commune de Paris. Vu la difficulté du genre, je m’en suis pas trop mécontent. Son allocution provoque une vive polémique. Les ennemis ont profité de l’occasion pour ressasser les vieilles injures contre lui. De la part des communards qu’il a si fort étrillés, je le comprends; mais les autres! Ce billet est probablement adressé à François-Tommy PERRENS. Il est issu d’un fonds de correspondances adressées en majorité à cet historien. François-Tommy PERRENS est né et étudie à Bordeaux où il est reçu bachelier ès lettres en 1840. En 1843, il entre à l’École normale supérieure et professe à partir de 1846. Agrégé de de grammaire en 1847 puis Docteur ès lettres, il devient répétiteur puis professeur à l’École polytechnique. Il est Inspecteur délégué en 1873, puis inspecteur en titre en 1876 de l’Académie de Paris. Il termine sa carrière dans l’Instruction publique en 1891 comme Inspecteur général honoraire. Officier de la Légion d’honneur, Il est élu membre de l’Académie des sciences de Turin en 1855 et de l’Académie des sciences morales et politiques en 1887. Billet (132 x 103 mm) autographe signé et daté du 11 décembre 1884. Document sur papier à en-tête du Sénat et de deux pages manuscrites. Nous signalons un pli dans le sens de la largeur et un petit manque de papier sur le bord gauche de la première page. Les produits proposés à la vente sont de nature, de poids et de tailles très hétérogènes. Le paiement est considéré comme « soldé » une fois que l’argent envoyé par l’acheteur a été déposé sur le compte du vendeur. Paiement en ligne par carte bancaire. Par virement national ou international.
Jules SIMON (1814-189) Éloge de Thiers 1884 Billet autographe signé

PIERRE LOUYS Lettre Manuscrite. Billet Autographe Signé. 1895 1900

PIERRE LOUYS Lettre Manuscrite. Billet Autographe Signé. 1895 1900
PIERRE LOUYS Lettre Manuscrite. Billet Autographe Signé. 1895 1900
PIERRE LOUYS Lettre Manuscrite. Billet Autographe Signé. 1895 1900

PIERRE LOUYS Lettre Manuscrite. Billet Autographe Signé. 1895 1900
PIERRE LOUYS : Lettre Manuscrite signée. À l’encre violette habituelle de l’auteur. Vers 1895 – 1900. Cher Monsieur et Ami. J’avais un second rendez-vous chez moi à l’heure où vous m’avez proposé le votre, et je n’ai pu ni vous retrouver ni vous prévenir. Je suis navré de penser que vous m’avez attendu en vain. Vous croirez, j’espère, à tous mes regrets. Auquel cas un remboursement sera évidemment effectué.
PIERRE LOUYS Lettre Manuscrite. Billet Autographe Signé. 1895 1900

Lettre de Change, Billet à Ordre, Effet de Commerce en 1880

Lettre de Change, Billet à Ordre, Effet de Commerce en 1880
Lettre de Change, Billet à Ordre, Effet de Commerce en 1880
Lettre de Change, Billet à Ordre, Effet de Commerce en 1880

Lettre de Change, Billet à Ordre, Effet de Commerce en 1880
À vendre : Lettre de change datant de 1880 de Saint-Nan près de Saint-Brieux avec un billet à ordre et un effet de commerce. Cette pièce rare est accompagnée d’un timbre fiscal allégorique Oudiné de 50 centimes, portant le numéro 198 sur le catalogue des timbres fiscaux et socio-postaux Yvert&Tellier de 2022. Une opportunité unique pour les philatélistes et collectionneurs, ce document exceptionnellement rare saura ravir les passionnés d’histoire et de timbres. Ne manquez pas l’occasion d’ajouter cette précieuse pièce à votre collection. Contactez-moi pour plus d’informations et pour saisir cette chance rare.
Lettre de Change, Billet à Ordre, Effet de Commerce en 1880

Jules Breton Billet Autographe Signe Remerciements Sur Un Article

Jules Breton Billet Autographe Signe Remerciements Sur Un Article
Jules Breton Billet Autographe Signe Remerciements Sur Un Article
Jules Breton Billet Autographe Signe Remerciements Sur Un Article

Jules Breton Billet Autographe Signe Remerciements Sur Un Article
Dimensions: 1 page (11,5 x 9 cm). Il remercie son destinataire concernant l’éloge que ce dernier fait de son tableau dans la revue La Vie Moderne. Très bel état de conservation. Voir également mes autres ventes.. Emballé avec le plus grand soin. Cet item est dans la catégorie « Collections\Lettres, vieux papiers\Lettres ». Le vendeur est « auteur1917″ et est localisé dans ce pays: FR. Cet article peut être expédié au pays suivant: Monde entier.
  • Auteur: Jules Breton
  • Objet modifié: Non
  • Époque: XIXème
  • Sujet: Peinture
  • Langue: Français
  • Epoque: Belle Epoque
  • Nombre de pages: 1

Jules Breton Billet Autographe Signe Remerciements Sur Un Article

Incoming search terms:

  • https://lettresvieuxpapiers org/2022/06/jules-breton-billet-autographe-signe-remerciements-sur-un-article/

1898 Irlande Local Government Billet, Clonbrook Pour M A Dillon, Signé Par

1898 Irlande Local Government Billet, Clonbrook Pour M A Dillon, Signé Par

1898 Irlande Local Government Billet, Clonbrook Pour M A Dillon, Signé Par
1898 Irlande Local Government Billet, Clonbrook Pour M A Dillon, Signé Par. Cette fiche produit est originalement écrite en anglais. Veuillez trouver ci dessous une traduction automatique en français. Si vous avez des questions veuillez nous contacter. 1898 IRLANDE Local Government Bill document, Clonbrook, Ahascragh, au vicomte Dillon, signé par le baron CLONBROCK et demandant en tant que président de la convention des propriétaires fonciers irlandais pour la province de connaught de vous inviter à assister à une conférence des pairs dans la propriété foncière en Irlande à la Leinster Lecture Hall, 35 Molesworth St, Dublin. Baron Clonbrock, de Clonbrock dans le comté de Galway , était un titre dans la pairie d’Irlande. [1] Il a été créé le 3 juin 1790 pour Robert Dillon, qui avait auparavant représenté Lanesborough à la Chambre des communes irlandaise. Son petit-fils, le troisième baron, a siégé à la Chambre des lords en tant que pair représentant irlandais et a servi comme Lord-Lieutenant de Galway. Il a été remplacé par son fils aîné, le quatrième baron. Il était également pair représentant irlandais et Lord-Lieutenant de Galway. Le titre s’éteignit à la mort de son fils, le cinquième baron, le 1er novembre 1926. Cette branche de la famille Dillon descendait de Gerald Dillon, frère de Sir Richard Dillon, ancêtre des comtes de Roscommon. Le petit-fils de Gerald, Thomas Dillon, décédé en 1606, était juge en chef du Connacht. Un ancêtre antérieur, Sir James Dillon, était le frère de Sir Maurice Dillon, ancêtre des vicomtes Dillon. Robert Dillon, grand-père du premier baron, représentait Dungarvan au Parlement irlandais. Luke Gerald Dillon, 4e baron Clonbrock KP PC (Ire) (10 mars 1834 – 12 mai 1917) était un pair irlandais. En 1865, il est nommé haut shérif du comté de Galway. [1] Il devient baron de Clonbrock en 1893 à la mort de son père Robert Dillon, 3e baron de Clonbrock et est nommé chevalier de l’Ordre de Saint-Patrick le 29 août 1900. Il épousa Augusta Caroline Crofton, fille d’Edward Crofton, 2e baron Crofton de Mote et de Lady Georgina Paget, le 18 juillet 1866 à Roscommon, comté de Roscommon, Irlande. [3] À la suite de son mariage, l’hon. Augusta Caroline Crofton a été nommée baronne Clonbrock le 4 décembre 1893. Harold Arthur Lee-Dillon, 17e vicomte Dillon CH FBA (24 janvier 1844-18 décembre 1932) était un antiquaire anglais et une autorité de premier plan sur l’histoire des armes et armures et du costume médiéval. Fils aîné d’ Arthur Dillon, 16e vicomte Dillon, il est né à Victoria Square, Westminster, et a fait ses études dans une école privée et à l’ Université de Bonn, en Allemagne. Il a acheté une enseigne dans la brigade de fusiliers en 1862[1] et une lieutenance en 1866. [2] Il a servi en Inde et au Canada, mais a démissionné de sa commission en 1874. [3] Il a ensuite rejoint la milice d’Oxfordshire plus tard le 4e bataillon (de milice), Oxfordshire Light Infantry en tant que capitaine. [4] Il est promu major en 1885[5] et prend sa retraite en 1891. Il succède à son père en tant que 17e vicomte Dillon en 1892. Après avoir quitté l’armée régulière, il se consacra à l’étude des antiquaires, écrivant plus de cinquante livres et articles. Il a été président des administrateurs de la National Portrait Gallery de 1894 à 1928. La première année, son portrait a été peint par Georgina Brackenbury. [6] Il a légué aux administrateurs divers portraits de Ditchley Park, Charlbury, dont le portrait de son ancêtre Sir Henry Lee par Antonio Moro. Il a été conservateur des armureries royales de 1892 à 1913. Il a été président du Royal Archaeological Institute de 1892 à 1898 et président de la Society of Antiquaries of London de 1897 à 1904. Il a été le président fondateur de la Society for Army Historical Research, occupant ce poste jusqu’à sa mort. Il a été élu membre fondateur de la British Academy en 1902. Il a également été nommé antiquaire à la Royal Academy. Il a participé à l’épreuve combinée hacks et chasseurs aux Jeux olympiques d’été de 1900. Il a été nommé à l’Ordre des compagnons d’honneur (CH) dans les honneurs d’anniversaire de 1921 pour son travail avec la National Portrait Gallery. Son fils unique est décédé avant lui et il a été remplacé par son neveu, Arthur. Loi de 1898 sur le gouvernement local (Irlande). Parlement du Royaume-Uni Titre long Acte modifiant la loi relative à l’administration locale en Irlande et à d’autres fins connexes. Citation 61 & 62 Vict. Présenté par Gerald Balfour, Étendue territoriale, Irlande. Dates Sanction royale 12 août 1898 Statut : Abrogé. La loi de 1898 sur le gouvernement local (Irlande) 61 & 62 Vict. 37 était une loi du Parlement du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande établissant un système de gouvernement local en Irlande similaire à celui déjà créé pour l’Angleterre, le Pays de Galles et l’Écosse par la législation de 1888 et 1889. La loi a effectivement mis fin au contrôle du propriétaire sur le gouvernement local en Irlande. À partir des années 1880, la question de la réforme du gouvernement local en Irlande était un problème politique majeur, impliquant à la fois les politiciens irlandais et les principaux partis politiques britanniques. Les questions de réforme constitutionnelle, de propriété foncière et de nationalisme se sont combinées pour compliquer les choses, tout comme les scissions au sein du Parti libéral en 1886 et du Parti parlementaire irlandais en 1891. Finalement, le gouvernement conservateur de Lord Salisbury a jugé politiquement opportun d’introduire les mesures en 1898. La législation a été considérée par le gouvernement comme résolvant un certain nombre de problèmes : elle a assoupli les demandes d’autonomie des nationalistes, elle a allégé le fardeau des taux agricoles sur les propriétaires unionistes, elle a créé une administration plus efficace du droit des pauvres et elle a renforcé l’Union en apportant l’anglais formes de gouvernement local en Irlande. Le système existant et les tentatives antérieures de réforme. Avant la loi de 1898, chaque comté et comté corporatif d’Irlande était administré par un grand jury. Ces corps étaient composés de grands propriétaires nommés par le juge d’assises du département. En plus de leurs fonctions judiciaires d’origine, les grands jurys avaient pris en charge l’entretien des routes, des ponts et des asiles et la surveillance d’autres travaux publics. Le grand jury fait des propositions de dépenses dites « présentations » qui nécessitent l’approbation du juge d’assises. Un deuxième niveau de division administrative sous le comté était la baronnie. En 1880, les membres des grands jurys et des sessions baronniales étaient encore majoritairement unionistes et protestants, et donc totalement non représentatifs de la majorité de la population des régions qu’ils gouvernaient. [3] En effet, ils représentaient et étaient choisis parmi les contribuables réels depuis le Moyen Âge, et les membres sortants étaient normalement remplacés par des contribuables similaires de la même classe sociale. Il était entendu que les gros contribuables avaient plus de raisons de veiller à ce que l’argent des contribuables soit dépensé correctement. La loi de 1884 sur la représentation du peuple a créé un électorat beaucoup plus large qui avait des besoins très différents et voulait inévitablement élire des représentants locaux en dehors d’une élite sociale étroite. À l’heure actuelle, les travaux publics tels que les routes et les ponts étaient de plus en plus financés par le gouvernement central via l’Office des travaux publics. Syndicats pauvres et districts sanitaires. En 1838, l’Irlande a été divisée en unions de droit des pauvres (PLU), chacune consistant en une zone géographique basée sur une maison de travail. Les frontières de l’union ne correspondaient à celles d’aucune unité existante, et tant de ruraux se trouvaient dans deux ou plusieurs comtés. Les syndicats étaient administrés par des conseils de gardiens. Les conseils étaient en partie directement élus, avec un tuteur élu pour chaque circonscription électorale. Avec la croissance de la population, il est devenu nécessaire de créer des autorités chargées d’administrer la santé publique et de fournir ou de réglementer des services tels que les égouts, le pavage et l’approvisionnement en eau. La loi de 1878 sur la santé publique (Irlande) a créé des districts sanitaires, sur la base du système déjà existant en Angleterre et au Pays de Galles. Les villes plus importantes (arrondissements municipaux et villes à commissaires sous seing privé ou de 6 000 habitants ou plus) sont créées des districts sanitaires urbains : le conseil local existant devient l’autorité sanitaire urbaine. Le reste du pays était divisé en districts sanitaires ruraux. Celles-ci étaient identiques en superficie aux syndicats de pauvres (moins toute partie d’un district sanitaire urbain), et l’autorité sanitaire rurale se composait des tuteurs pauvres de la région. Les premières propositions de conseils de comté élus en Irlande ont été faites par le ministre radical-libéral Joseph Chamberlain au Premier ministre Gladstone en 1885. [5] L’électorat avait été élargi par la récente loi de 1884 sur la représentation du peuple. Cependant, Gladstone et Parnell ont préféré légiférer d’abord pour le Home Rule irlandais, mais n’ont pas réussi à promulguer le projet de loi sur le Home Rule de 1886. Chamberlain, brièvement président du Local Government Board en 1886, quitta ensuite les libéraux pour former le Parti unioniste libéral et présenta la proposition à ses nouveaux alliés conservateurs, qui remportèrent les élections générales de 1886 au Royaume-Uni peu de temps après. En 1888, Chamberlain a de nouveau appelé à des conseils de comté démocratiquement élus en Irlande, dans le cadre d’un programme accéléré de travaux publics financés par l’État, dans son livre « Une politique unioniste pour l’Irlande ». Les conseils de comté élus au suffrage direct ont été introduits en Angleterre et au Pays de Galles par le Local Government Act 1888 et en Écosse par le Local Government (Scotland) Act 1889. Les tentatives de provoquer des réformes similaires en Irlande ont été retardées en raison des troubles civils causés par le plan de campagne. Le gouvernement a fait valoir qu’avant de pouvoir introduire des réformes administratives, la loi et l’ordre devraient être rétablis. En conséquence, le secrétaire en chef, Arthur Balfour, a introduit des actes de coercition pour mettre fin aux « outrages agraires ». Les unionistes, perdant de plus en plus de sièges au profit des membres de la Ligue nationale irlandaise lors des élections des tuteurs, ont également cherché à retarder la mise en ouvre. Balfour a finalement annoncé le 10 août 1891 qu’une législation sur le gouvernement local serait introduite lors de la prochaine session parlementaire. L’annonce a été accueillie par des protestations de la part des unionistes et des propriétaires qui ont prédit que les nouvelles autorités seraient déloyales et monopoliseraient leur pouvoir pour les chasser du pays. Balfour, malgré l’opposition, a clairement indiqué qu’il avait l’intention de continuer. Le Parti parlementaire irlandais étant divisé en factions «parnellites» et «anti-parnellites», il a été encouragé à croire que le projet de loi pourrait être utilisé pour détruire la demande d’autonomie et diviser davantage le mouvement nationaliste. Lorsque le projet de loi a été présenté au parlement au début de 1892, il était clair que les unionistes avaient réussi à édulcorer bon nombre de ses dispositions en garantissant des garanties à leur emprise sur le gouvernement local. Les dispositions du projet de loi étaient les suivantes. Les « garanties » pour protéger la minorité unioniste étaient les suivantes : Les électeurs devaient avoir des « votes cumulatifs », ceux qui payaient plus de cotisations ayant plus de votes. Tout contribuable pouvait contester la présentation du conseil devant un juge et un jury. Les conseils de comté et de district pouvaient être révoqués pour « désobéissance à la loi, corruption ou malversion et oppression constantes. Un comité mixte de conseillers et de grands jurés devait approuver toutes les dépenses en capital et la nomination des officiers. Le projet de loi a été rejeté par presque tous les parlementaires irlandais, avec le soutien d’une poignée seulement d’unionistes libéraux d’Ulster. Alors que Balfour espérait rendre la législation acceptable en déposant des amendements, cela a été rejeté par les nationalistes qui espéraient voir un changement dans une administration libérale pro-Home Rule lors des élections générales imminentes. Le projet de loi a donc été abandonné. Gerald Balfour en tant que secrétaire en chef et la crise de 1897. Après trois ans de gouvernement libéral, un gouvernement conservateur-libéral unioniste est revenu au pouvoir lors des élections générales de 1895. Gerald Balfour, frère d’Arthur et neveu du nouveau Premier ministre, Lord Salisbury, est nommé secrétaire en chef pour l’Irlande le 4 juillet 1895. Il a rapidement fait sa marque en résumant maladroitement la politique irlandaise du nouveau gouvernement comme « tuer le home rule avec gentillesse ». [2] Le gouvernement britannique a adopté trois textes législatifs irlandais majeurs en quatre ans : outre la loi sur le gouvernement local, il s’agissait de la loi foncière (Irlande) de 1896 et de la loi de 1899 sur l’agriculture et l’instruction technique (Irlande). La législation sur le gouvernement local ne faisait pas initialement partie du programme du gouvernement annoncé dans le discours de la reine de janvier 1897. C’était aussi exceptionnel en ce qu’il n’y avait presque pas de demande populaire pour les réformes. Ce fut donc une surprise totale lorsque le secrétaire en chef Balfour annonça en mai qu’il préparait une législation. S’il prétendait que l’extension à l’Irlande des réformes de l’administration locale déjà menées en Grande-Bretagne avait toujours été voulue, la conversion soudaine à la « politique alternative » était en fait une manière de résoudre une crise politique à Westminster. L’obstruction des députés irlandais et d’un certain nombre de députés anglais entraînait un arriéré législatif. Les propriétaires, déjà irrités par la loi foncière de 1896, ont été exaspérés par le refus du Trésor d’étendre la subvention de notation agricole à l’Irlande. En fait, l’échec de l’introduction de la subvention était en grande partie dû à l’absence d’un système efficace de gouvernement local pour l’administrer. Au lieu de cela, une somme équivalente avait été donnée à l’administration du château de Dublin, qui avait décidé d’utiliser l’argent pour financer une réforme de la loi sur les pauvres et un nouveau conseil agricole. Le 18 mai, les députés unionistes irlandais ont écrit au gouvernement pour l’informer qu’ils retireraient leur soutien à moins que la subvention de notation ne soit introduite. Le Lord Lieutenant d’Irlande, Lord Cadogan, a eu des entretiens avec le Trésor et a eu l’idée d’introduire les réformes du gouvernement local comme un moyen de « rompre une combinaison de syndicalistes avec des nationalistes en Irlande » qui, selon lui, devenait trop forte pour même pour un ministère avec une majorité de 150! L’introduction de conseils de comté démocratiques ainsi qu’une subvention substantielle des tarifs a été considérée comme étant sûre d’apaiser tous les membres irlandais de la maison. Le gouvernement a agi rapidement, envoyant une copie de la loi anglaise sur le gouvernement local de 1888 à Sir Henry Robinson, vice-président du Conseil du gouvernement local pour l’Irlande. Robinson, qui était en vacances, a été chargé de décider dans quelle mesure la législation existante pourrait être rapidement adaptée à l’usage irlandais. En moins d’une semaine vint l’annonce qu’un projet de loi devait être préparé. [2] Il n’y aurait pas assez de temps dans une seule session parlementaire pour débattre de toutes les mesures prévues, de sorte qu’un pouvoir omnibus a été accordé au Lord Lieutenant pour adopter des décrets en conseil adaptant les actes antérieurs à l’Irlande, y compris des parties des (anglais) Municipal Corporations Acts 1882 et 1893 et les lois de 1888 et 1894 sur l’administration locale, et la loi de 1889 sur l’administration locale (Écosse). [7] Cette utilisation de la législation secondaire plutôt que de la législation primaire était controversée, mais les nationalistes irlandais l’ont acceptée comme le prix à payer pour faire adopter le projet de loi. La loi de 1898 a introduit un système de gouvernement mixte, avec des arrondissements de comté indépendants de l’administration du comté, et ailleurs un système à deux niveaux avec des conseils de comté, ainsi que des conseils d’arrondissement, de district urbain et de district rural. Les districts urbains ont été créés à partir des plus grandes villes des commissaires municipaux, tandis que les petites villes ont conservé leurs commissaires municipaux, mais sont restées dans les districts ruraux à des fins de planification sanitaire. La création des nouveaux conseils a eu un effet significatif sur l’Irlande car elle a permis à un nombre beaucoup plus important de personnes locales de prendre des décisions les concernant. Le comté et les conseils de district du sous-comté ont créé une plate-forme politique pour les partisans de l’autonomie irlandaise, déplaçant l’influence unioniste dans de nombreux domaines. L’émancipation des électeurs locaux a permis le développement d’une nouvelle classe politique, créant un corps important de politiciens expérimentés qui entreraient dans la politique nationale en Irlande dans les années 1920 et augmenteraient la stabilité des transitions vers les parlements de l’État libre d’Irlande et de l’Irlande du Nord. Limites des comtés et des arrondissements de comté La loi a entraîné la modification de plusieurs limites de comté. C’était pour plusieurs raisons : [9] Chaque district de comté devait être dans un seul comté, contrairement aux districts sanitaires sur lesquels ils étaient basés. Lorsqu’un district sanitaire urbain se trouvait dans plus d’un comté, le nouveau district urbain serait placé entièrement dans celle où se trouvait la majorité de la population. Lorsqu’un syndicat de droit des pauvres (PLU) se trouvait dans plus d’un comté, un district rural était généralement créé pour la fraction de chaque comté par exemple, le PLU de Ballyshannon était divisé en districts ruraux de Ballyshannon n ° 1, n ° 2 et n ° 3. Dans les comtés de Donegal, Fermanagh et Leitrim respectivement. Les limites ont été ajustées si une fraction était trop petite ou autrement irréalisable. Les huit anciens comtés corporatifs ne correspondaient pas aux six nouveaux arrondissements de comté. Les villes de Belfast et de Derry ont été séparées des comtés dans lesquels elles se trouvaient et constituées en arrondissements de comté séparés. Quatre comtés corporatifs ont été fusionnés dans leurs comtés parents. L’étendue des nouveaux comtés administratifs et arrondissements de comté, qui sont entrés en vigueur le 18 avril 1899, a été définie par des ordonnances du Local Government Board for Ireland. [10] Il n’y a eu aucun changement dans les limites des comtés de Cavan, Cork, Donegal, Fermanagh, Kerry, Kildare, King’s (Offaly), Leitrim, Limerick, Longford, Meath, Monaghan et Tyrone ; ni à ceux des arrondissements de comté (anciennement comtés corporatifs) de Cork, Dublin, Limerick et Waterford. Propulsé par la solution de commerce électronique de SixBit. Baron Clonbrock, de Clonbrock dans le comté de Galway, était un titre dans la pairie d’Irlande. Il a été remplacé par son fils aîné. Baron Clonbrock & Viscount Dillon. Cet item est dans la catégorie « Collections\Lettres, vieux papiers\Vieux papiers\Autres ». Le vendeur est « atlantic-fox » et est localisé dans ce pays: GB. Cet article peut être expédié au pays suivant: Monde entier.
  • Document Type: Imprimé
  • Irlandais Comté: Galway
  • Relatif Intérêts: Dublin
  • Pays de fabrication: Irlande
  • Intitulé Familles: Baron Clonbrock & Viscount Dillon
  • Ville/Town/Village: Ahaseragh
  • Année de Production: 1898
  • Époque: 1891-1900
  • Marque: – Sans marque/Générique -

1898 Irlande Local Government Billet, Clonbrook Pour M A Dillon, Signé Par

Paul VERLAINE Billet autographe signé à Léon Vanier

Paul VERLAINE Billet autographe signé à Léon Vanier
Paul VERLAINE Billet autographe signé à Léon Vanier
Paul VERLAINE Billet autographe signé à Léon Vanier

Paul VERLAINE Billet autographe signé à Léon Vanier
Paul VERLAINE (1844 1896) Poète. Billet autographe signé adressé à Léon Vanier. Paris 16 août 1894. 1 page in-12 (18 x 11,5 cm). Joli billet relatif au poème. Les dernières années du poète, souffrant de diabète et de syphilis, sont ponctuées de séjours réguliers dans les hôpitaux. Il entretient des liaisons intermittentes avec deux femmes, ses protégées et ses maîtresses, Philomène Boudin et Eugènie Krantz , dite. Qui sera sa dernière compagne. Lune et lautre font régulièrement office de commissionnaire auprès de son éditeur, Léon Vanier, pour collecter les sommes dues sur lédition de ses uvres. En raison de son arthrite, Verlaine ne peut se déplacer lui-même. Ces missions étaient toutefois accomplies avec un sérieux tout relatif, si bien quen 1891 Verlaine avait du mener une action en justice pour vol et abus de confiance. À cette époque, Verlaine venait de sortir de lhôpital Saint-Louis (le 10 juillet), et, après avoir vécu seul quelques temps, avait partagé le logement dEugénie Krantz au 48, rue du Cardinal Lemoine. Après diverses péripéties, Verlaine déménage une nouvelle fois et sinstalle, de nouveau seul, à l. 4, rue de Vaugirard, où il côtoie le dessinateur Cazals et sa compagne Marie Crance. Krantz à toucher ce qui me revient sur la poésie de moi intitulée. Mise en musique par M. Percy Pitt (concours du Journal) ». Au verso, de la main de Verlaine, le destinataire. Et dune autre main Léon Vanier? : « Cela a paru dans le supplément du journal dil y a environ 3 semaines édité par Charpentier ». Dont il est question fut composé par Verlaine pour concourir dans le supplément artistique et littéraire du. Du 25 juillet 1894. Verlaine est arrivé 1. Quelques marques dusure, accidents marginaux, voir photos. L’item « Paul VERLAINE Billet autographe signé à Léon Vanier » est en vente depuis le mardi 26 janvier 2021. Il est dans la catégorie « Collections\Lettres, vieux papiers\Autographes\Personnalités historiques ». Le vendeur est « memoire.dencres » et est localisé à/en TOURS. Cet article peut être livré partout dans le monde.
  • Sous-type: Autographe sur papier
  • Type: Autographe, Dédicace
  • Thème: Littérature
  • Nombre de pages: 1

Paul VERLAINE Billet autographe signé à Léon Vanier

Auguste RODIN Billet autographe signé / Bourgeois de Calais

Auguste RODIN Billet autographe signé / Bourgeois de Calais
Auguste RODIN Billet autographe signé / Bourgeois de Calais

Auguste RODIN Billet autographe signé / Bourgeois de Calais
Rare billet autographe signé. 100 x 135 mm. A propos des « Bourgeois de Calais ». Soyez donc assez bon de donner 7 des épreuves des B. [ourgeois] de Calais à Monsieur Ferry, un ami. Cest au compte de Mr Ferry. L’item « Auguste RODIN Billet autographe signé / Bourgeois de Calais » est en vente depuis le mercredi 24 avril 2019. Il est dans la catégorie « Collections\Lettres, vieux papiers\Autographes\Personnalités historiques ». Le vendeur est « memoire.dencres » et est localisé à/en TOURS. Cet article peut être livré partout dans le monde.
  • Sous-type: Autographe sur papier
  • Type: Autographe, Dédicace
  • Nombre de pages: 1
  • Thème: Art

Auguste RODIN Billet autographe signé / Bourgeois de Calais

BALZAC Honoré de, romancier. Billet autographe (G 3632)

BALZAC Honoré de, romancier. Billet autographe (G 3632)

BALZAC Honoré de, romancier. Billet autographe (G 3632)
Ajouter cette boutique à mes favoris. BALZAC Honoré de, romancier. Billet autographe (G 3632). Billet Autographe « M. De Balzac » (rédigé en tête à la 3e personne) à léditeur-imprimeur Jean-Théodore Boulé. Lundi à 2 heures [Paris, 1837]. De Balzac prie Monsieur Boulé de venir le voir demain matin ou ce soir à 4 heures sil est possible. Histoire de la grandeur et de la décadence de César Birotteau, parfumeur, chevalier de la Légion d’honneur. Fut publié en décembre 1837, par Jean-Théodore Boulé, le successeur de Mme Veuve Bellemain, un éditeur-imprimeur et directeur de journaux qui venait dobtenir son brevet d’imprimeur quelques mois plus tôt, en mars. Il avait été décidé que le nouveau roman de Balzac serait offert en prime aux lecteurs de. Deux journaux qui appartenaient à léditeur et à son « Association de la librairie et de la presse quotidienne ». En date du 14 novembre 1837, un contrat « sur papier timbré » signé par Boulé, Balzac et Victor Lecou qui agissait au nom d’un consortium de libraires, précisait que. Payé la somme de vingt mille francs à Balzac, pour un tirage (élevé) de 5000 exemplaires, devait être impérativement livré à léditeur avant le 10 décembre 1837! Pour soulager Balzac dans sa tâche titanesque le délai de livraison était extraordinairement court! , Boulé s’engagea à mettre «. À la disposition de M. De Balzac des commissionnaires pour porter ses épreuves et ne pourra se refuser à aucun travail de nuit. Balzac, en mercenaire au service de la littérature, retranché du monde, réussit cet incroyable gageure : le 20 décembre, il écrivait à madame Hanska : «. Je viens de terminer en 22 jours comme je l’avais promis… C’est assez vous dire que je suis abattu, dans un état d’anéantissement inexprimable. Dès le 17 décembre, le Figaro offrait César Birotteau, un « Balzac au format in-8 » imprimé par Jean-Théodore Boulé qui, gageant sur le succès de lécrivain, avait négocié quelques temps plus tôt la reprise du fonds Balzac soldé par léditeur Werdet en faillite. L’item « BALZAC Honoré de, romancier. Billet autographe (G 3632) » est en vente depuis le mercredi 2 décembre 2020. Il est dans la catégorie « Collections\Lettres, vieux papiers\Autographes\Personnalités historiques ». Le vendeur est « bibliolibrum » et est localisé à/en FR. Cet article peut être livré partout dans le monde.
  • Thème: Théâtre
  • Sous-type: Autographe sur papier
  • Type: Autographe, Dédicace
  • Objet modifié: Non

BALZAC Honoré de, romancier. Billet autographe (G 3632)